Imprimer

Renault dévoile un tout nouveau modèle destiné au marché indien, qui se veut révolutionnaire. Oscillant entre SUV et monospace, ce Triber permet de loger sept passagers dans un encombrement très réduit. Sa commercialisation en Europe ne semble pas être à l'ordre du jour.

renault triber

Voilà encore un véhicule qui risque de faire des envieux parmi la clientèle européenne à la recherche de véhicules « essentiels » à bas coût. Après la Kwid, une petite citadine vendue l'équivalent de 3 500 euros sur le marché indien, Renault dévoile aujourd'hui le Triber, qui prend l'apparence d'un ludospace surélevé.

Doté d'une silhouette qui devrait plaire aux amateurs de SUV, ce Triber va droit à l'essentiel et met en avant les notions de robustesse, habitabilité et modularité, tout en restant très accessible. Malgré sa longueur limitée à 3,99 m et sa garde au sol importante (18,2 cm), son style demeure relativement dynamique et élégant. S'il conserve la plupart des traits de caractère que l'on connait sur la gamme Renault, on remarque une nouveauté, avec la carrosserie qui remonte au niveau du montant C et découpe la vitre de custode de manière étonnante.

renault triber

 

7 places dans moins de 4 m

La plus grande force de ce nouveau Triber demeure toutefois sa capacité à pouvoir loger jusqu'à sept adultes, dans une longueur aussi réduite. Une offre véritablement inédite sur le marché, d'autant plus que Renault affirme que les places du troisième rang peuvent même accueillir des personnes de grande taille. En comparaison, dans la gamme française du constructeur, il faut au minimum opter pour le Grand Scénic et ses 4,63 m de long si l'on veut pouvoir loger autant de monde.

Pour ne rien gâcher, ce Triber offre une grande modularité, avec une banquette coulissante, inclinable et rabattable, ainsi que des sièges de troisième rang facilement amovibles. De plus, en configuration cinq places, le volume de coffre se montre supérieur à celui d'un Scénic, avec 625 litres (84 litres en 7 places).

renault triber

En revanche, les trajets à sept risquent de devoir se faire à une allure très modérée, puisque la seule motorisation proposée sur ce Triber n'est pas vraiment adaptée au transport de troupe. Il s'agit en effet d'un modeste trois cylindres 1.0 de 72 ch, associé au choix à une boîte manuelle ou une boîte robotisée.

 

Pas prévu pour l'Europe

Enfin, contrairement à la Kwid qui avait obtenu un score catastrophique de zéro étoile au crash-test NEDC à sa sortie, la sécurité n'a pas été mise de côté sur le Triber. Ce dernier dispose de quatre airbags (conducteur, passager et latéraux) ainsi que de ceintures trois points pour tous les passagers.

Malgré tout, il n'est pas certain que cela soit suffisant pour le marché européen, qui de toute façon ne semble pas inscrit sur la feuille de route de ce sympathique crossover. Si Renault parle d'ambitions internationales à son sujet, la priorité demeure l'Inde et l'on peut imaginer par la suite une distribution sur certains marchés asiatiques et en Amérique du Sud.

Le Renault Triber sera produit dans l'usine de Chennai et commercialisé en Inde au second semestre 2019 « à un prix compétitif ». Avec ce véhicule, la firme au losange compte doubler ses ventes sur le marché indien d'ici 2022.

Source: largus.fr